Il-n-est-jamais-trop-tard-pour-eclore.jpg

“Un coup de projecteur fulgurant sur les Late Bloomers”

LA PARISIENNE

Le livre qui fait du bien. On a eu envie de corner toutes les pages. Et de discuter avec l’auteur.

— MY LITTLE PARIS
40, 50, 60 ans... Il n’y a pas d’âge pour se réaliser. À l’image de ces “êtres à floraison tardive”, tels que les décrit l’écrivaine Catherine Taret, deux d’entre eux nous confient leur cheminement. Épanouissant.
— PSYCHOLOGIES